image link

Offre supplémentaire en ligne : Jack Wolfskin jusqu-à -60 %

La nage en eau libre, un plongeon dans la liberté

Impossible pour Isabelle Braekeveld de passer devant une flaque sans sauter dedans, ni devant une rivière ou la mer sans vouloir s’y baigner. « La nage en eau libre revigore chaque partie de mon corps. »


Qui est Isabelle Braekeveld ?

•    Née en 1972

•    Se sent comme un poisson dans l’eau (libre)

•    Habite à Kuurne (Flandre occidentale)

•    Travaille à mi-temps à Bio-Planet

•    Aime la natation, le vélo, la course à pied, la cuisine, le yoga et tout ce qui touche à la santé


L’amour au premier plongeon

Dans sa vingtaine, Isabelle Braekeveld a participé à des compétitions de triathlon. Pour la partie natation, elle s’entraînait avec les autres triathlètes dans un canal à Courtrai. C’estqu’elle s’est initiée à la nage en eau libre, c’est-à-dire à la natation dans des plans d’eau en plein air, notamment les mers, les lacs, les rivières et les canaux. Mais avec l’agrandissement de sa famille, ce projet a é mis sur pause pendant un certain temps.

 

Jusqu’à l’été 2020, quand Isabelle part en city-trip à Amsterdam avec ses filles. Elles séjournent sur un chantier industriel entouré d’eau, dans un bateau géant avec de nombreuses cabines. Il y fait chaud, l’intérieur de la cabine est comme un sauna. « Partout, il y avait des gens assis confortablement sur les pontons. À ma grande surprise, ils ont sauté dans l’IJ pour se rafraîchir. Comme ça. »

 

Immédiatement, Isabelle dit à ses filles : « À notre tour ? » C’est l’amour au premier plongeon, « une superbe soirée », se remémore Isabelle. Trois matins de suite, Isabelle va d’abord courir avant de plonger à l’eau. « La ville était magnifique, mais ce sentiment de liberté a é le véritable temps fort de ce voyage. Depuis, je ne peux pas passer devant une flaque d’eau sans rifier si je peux y sauter. »


La natation en eau libre pour les débutants : les conseils d’Isabelle

Ne nagez pas seul

« Trouvez des amis nageurs ou inscrivez-vous à un club. Ainsi, il y aura toujours quelqu’un à vos côtés si vous paniquez ou si vous faites un faux pas. Dans un club, on s’échauffe aussi correctement. »

Évitez de vous jeter à l’eau sans réfléchir

C’est dangereux, surtout si vous ne connaissez pas l’endroit, car un courant froid peut vous couper le souffle et provoquer un choc. « Restez prudent et vérifiez si vous vous sentez à l’aise dans l’eau. »

Habituez-vous au froid

« Je pratique mon yoga et mes exercices d’étirement à l’extérieur, même lorsqu’il fait plus froid. Très progressivement, j’ai commencé à prendre des douches plus froides, jusqu’à ce que ma douche ne soit plus assez froide et que je mette des seaux d’eau à l’extérieur pour les renverser sur moi après le sport. » (rires)

Écoutez votre corps

« Le fil conducteur : une minute par degré. Ainsi, dans une eau à cinq degrés, vous ne pouvez rester que cinq minutes au maximum. C’est également mon ressenti. Mais surtout, ne forcez rien. Ce n’est pas une compétition. Une amie est entrée dans l’eau jusqu’à la taille seulement la première fois et c’est tout à fait normal. »



Nage en eau froide à la pleine lune

Isabelle a é tellement duite par son expérience aux Pays-Bas qu’elle a pris l’habitude de nager en eau libre chez elle, principalement dans le Vosselare Put, un ancien bras de la Lys où il est possible de le faire en toute curité et en toute légalité. À un kilomètre de sa maison à Kuurne, se trouve un lacson grand-père nageait et où elle nage régulièrement après avoir couru. « Cette envie se manifeste déjà pendant que je cours. Puis je me dis : je le fais ? En néral, c’est plus fort que moi. J’enlève alors rapidement mes vêtements de course et j’entre dans l’eau en sous-vêtements. »

 

Isabelle n’est pas la seule à aimer la nage en eau libre. Dans la gion, elle trouve de nombreuses personnes partageant la même passion. Il semble qu’il y ait toute une communauté de nageurs qui osent braver les eaux libres. « Puis, par exemple, à la pleine lune, nous allons nager en eau froide avec de la musique et un thermos de t chaud. Ce sont des expériences merveilleuses. » La nage en eau froidenager ou plonger dans de l’eau très froideajoute une dimension supplémentaire, selon elle. Cela la tend et la revigore en même temps. « Si je nage le matin, je me sens en forme pour le reste de la journée. Quand j’arrive au travail, mes collègues remarquent immédiatement si j’ai é nagé ou pas. »


Nager en eau libre : ce qu’il faut faire et ce qu’il ne faut pas faire

En Belgique, il n’y a qu’un nombre limité d’endroitsl’on peut légalement nager en eau libre, toujours sous la surveillance d’un sauveteur. En dehors de ces endroits, les nageurs en eau libre risquent une amende. Certains clubs de natation ou de triathlon organisent des entraînements gaux en eau libre, et l’adhésion à un tel club est souvent le moyen le plus simple d’y nager.

 

Aux Pays-Bas, c’est le contraire : il est de la responsabilité de chacun d’entrer dans l’eau en toute curité et l’activité n’est explicitement interdite que dans les endroits dangereux, par exemple en raison de la mauvaise qualité de l’eau. « L’Allemagne et la Suisse sont également plus en avance », explique Isabelle. « -bas, des tronçons entiers de rivières sont servés aux nageurs. Il serait bon que la Belgique suive l’exemple. Il existe de nombreux endroitsl’on peut nager en toute curité et de manière organisée. »



Un corps sain dans un esprit sain

De plus en plus d’études scientifiques confirment les bienfaits de la natation en eau libre. Une baignade dans une eau froide et naturelle est bénéfique pour le corps et l’esprit. Elle duit le stress, améliore le sommeil, stimule la forme physique et offre un moment de pleine conscience. En effet, dans l’eau : pas d’écran ! Il semblerait également que la nage en eau libre stimule le système immunitaire et le cerveau et permet de lutter contre la dépression.

 

Isabelle en ressent les effets sur son corps et son esprit. « Cela fait 30 ans que je mange sainement et que je mène un mode de vie sain », explique-t-elle. « L’eau est un aspect supplémentaire qui y contribue. Parfois, un plongeon me procure tellement de bonheur et me permet de me sentir bien dans ma peau. La nage était la dernière pièce du puzzle. Cela me permet de rafraîchir toutes les parties de mon corps, comme un reset. Je suis toujours occupée, mais l’eau m’apaise. Je ne sais pas si je peux qualifier cela de thérapeutique, mais cela me procure un sentiment de bonheur et de tente intense. »

 

La camaraderie a également des vertus salvatrices. Isabelle fait partie d’un groupe WhatsApp avec environ 200 autres nageurs en eau libre. Lorsque quelqu’un ressent l’envie irrésistible d’aller nager, la question « Qui vient ? » apparaît dans la conversation. Il arrive que de parfaits inconnus aillent nager ensemble. « L’un apporte du thé, l’autre des biscuits. Au bord de l’eau, nous apprenons à nous connaître. » Mais Isabelle a tout de même des amis nageurs réguliers avec lesquels elle se rend chaque semaine au Vosselare Put, au Blaarmeersen et sur la côte belge. « C’est plus chouette que de faire des longueurs ennuyeuses dans une piscine toute seule », dit-elle en riant.


Les indispensables pour nager en eau libre

Envie de vous essayer à la nage en eau libre ? Avant de vous jeter à l’eau, veillez à vous équiper correctement :

 

•    Isabelle préfère nager sans combinaison, mais c’est un choix personnel. Chaque nageur fait ce qui lui convient le mieux. Une combinaison de plongée protège du froid et du soleil, duit les frottements avec l’eau et permet de mieux flotter.

 

•    « L’eau froide peut affecter votre organe d’équilibre, ce qui peut vous donner des vertiges », explique Isabelle. C’est pourquoi, en eau froide, elle nage toujours avec des bouchons d’oreille.

 

•    Indispensable aussi dans le froid : un bonnet de bain. « S’il fait très froid, j’en mets même deux », dit sur un ton rieur Isabelle. « Des gants et des chaussures d’eau sont également utiles. Les extrémités du corps sont les plus sensibles au froid. Quand on sort de l’eau, on a parfois du mal à se rhabiller. »

 

•    Une serviette est indispensable pour se cher après la baignade. Un thermos rempli de t ou d’une autre boisson chaude pour se réchauffer est également une bonne idée.


Envie d’évasion ?

L’A.S.Magazine regorge d’idées de voyage, de récits d’aventures, d’avis sur nos produits…

Découvrez l’A.S.Magazine


Contact avec la nature

Il y a d’autres raisons pour lesquelles Isabelle préfère l’eau naturelle à la piscine. « En hiver, je nage de toute façon beaucoup à l’intérieur pour rester en forme », dit-elle. « Mais rien ne vaut une bonne bouffée d’oxygène en plein air, loin du chlore et de l’air vicié. À l’extérieur, vous sentez le soleil sur votre dos et êtes en contact avec la nature, avec les arbres et les oiseaux. » C’est pour cette raison qu’elle préfère nager sans combinaison. « De cette façon, je me sens vraiment en contact avec l’eau. Et avec les duses », ajoute-t-elle avec un clin d’œil. « En fin de compte, c’est leur eau, je suis déjà ravie de pouvoir y nager. »

 

Le fait qu’Isabelle cherche l’eau le plus souvent possible n’a rien d’étonnant. « En fait, je regarde toujours autour de moi : où y a-t-il de l’eau ? Puis-je m’y baigner ? » Même à la côte, elle se jette toujours à l’eau, qu’il fasse beau ou non. Peu importe qu’on soit au mois de novembre, elle porte toujours un bikini sous ses vêtements lorsqu’elle va se balader sur la plage.

 

Grâce à une amie nageuse, Isabelle a découvert l’ultra swim en 2023. Une suite logique. « Je fais habituellement du sport sur de plus longues distances. En ce qui concerne la course à pied, je courais surtout des marathons, des ultras rails et des trailruns. » C’est pourquoi elle s’est lancée dans l’AllCover Coast, qui consiste à nager une distance de 16 km de Nieuport à Ostende. Elle a également participé à un événement d’ultra swim en Croatie, qui comprenait des épreuves de natation réparties sur quatre jours autour de l’île de Hvar. « Pour cet événement, nous avons commencé avec 102 participants, dont 30 n’ont pas atteint la ligne d’arrivée. J’ai terminé 13e au niveau des femmes après un peu moins de 12 h passées dans l’eau. » La compétition avec les autres ou le chrono, très peu pour elle. « Avant, la compétition me mettait parfois sous pression », admet-elle. « Aujourd’hui, je ne nage pas pour aliser des exploits ou pour me vanter, mais pour me connecter à la nature et ressentir les sensations dans l’eau. Tout fait sens désormais. »


Vos vêtements de ski, de plein air et/ou de cyclisme sont sales ? Faites appel à notre service de lavage. Il s’occupe également des sacs de couchage et des doudounes et réimperméabilise vos vêtements. En plus, vous bénéficiez d’une réduction de 25 % sur le service de lavage à partir de 4 pièces.

Découvrez notre service de lavage


Encore plus d’inspiration


Paramétrage des cookies pour une meilleure expérience en ligne avec A.S.Adventure

Pour vous garantir la meilleure expérience en ligne, A.S.Adventure utilise des cookies marketing, analytiques et fonctionnels (et des technologies similaires). Pour plus d'informations, nous vous renvoyons également à notre cookie policy. Sur nos sites, des tiers placent parfois des cookies de suivi pour vous montrer des publicités personnalisées en dehors du site web d'A.S.Adventure. En outre, des cookies de suivi sont placés par les réseaux sociaux. En sélectionnant « accepter les cookies », vous acceptez cette option. Pour ne pas avoir à vous poser la même question à chaque fois, nous enregistrons vos préférences concernant l’utilisation des cookies sur notre site Internet pour une durée de deux ans. Vous pouvez modifier vos préférences à tout moment via la politique en matière de cookies au bas de chaque page du site Internet.