basket.timer.attention

basket.timer.time.is.running.out

Sunrise of an empire : Rome à l'aube


Sunrise of an empire : Rome à l'aube

En journée, les touristes fourmillent dans le cœur historique de Rome ; il est alors quasiment impossible de rentrer chez soi avec des photos de vacances « comme dans les livres ». Le photographe Angelo van Schaik est descendu dans les rues à l'aube afin d'immortaliser la mégapole, d'habitude si animée, dans la lueur dorée du petit matin. Voici Rome comme vous ne l'avez jamais vue !

Un joyau caché : les thermes de Caracalla

Difficile de les rater, mais de nombreux touristes passent tout de même à côté. Le deuxième plus grand complexe de thermes de l'Antiquité, et le mieux conservé, se trouve à distance de marche du Colisée, dissimulé entre les pins. En été, les amateurs de culture pourront s'y rendre pour assister à un opéra.

Des vestiges fascistes : le Foro Italico

Ce n'est un secret pour personne que le dictateur italien Benito Mussolini voyait tout en grand. Sous son régime, il voulait recréer l'Italie de l'Empire romain et dans un tel grand empire, un forum ou une place centrale est indispensable. Son « Foro Italico », au bas du Monte Mario, est un ultime vestige de l'architecture rationaliste et du culte des héros fascistes que Mussolini appréciait tant.

L'apologie classique : le Stadio dei Marmi

Le rêve de Mussolini de faire revivre la Rome antique s'exprime parfaitement dans ce stade d’athlétisme, le point fort de son « Foro Italico ». Ayant pour toile de fond le paysage verdoyant du Monte Mario, des dizaines de statues classiques bordent l'ovale rouge-vert du Stadio dei Marmi – qui signifie littéralement le Stade des marbres.

Un secret bien conservé : le Giardino degli Aranci

C'est dans le jardin d'un cloître sur l'Aventino, l'une des sept collines sur lesquelles Rome a été construite, que vous trouverez un secret de la ville bien gardé : une gigantesque orangeraie. De l'autre côté du jardin, sous les pins, vous pourrez profiter de la superbe vue sur la ville, assis sur un banc.

Un chef-d'œuvre secret : Saint-Pierre par le trou de la serrure

Au sommet de l'Aventino, vous ne passerez pas sans autorisation spéciale devant la porte du prieuré de l'Ordre des Chevaliers de Malte. Celui qui colle littéralement ses yeux au trou de la serrure aura une vue unique et dégagée sur la fameuse coupole de la Basilique Saint-Pierre. La haie dans le jardin intérieur de l'Ordre offre le cadre parfait à la création de Michel-Ange.

Un élément vital bleu vert : le Tibre

Le Tibre, qui coupe Rome en deux, procure à la ville l'espace et l'air nécessaires. Jusqu'au début du XXe siècle, la ville s'arrêtait sur le côté est de la rivière, avec sur l'autre rive, uniquement le Vatican et le quartier de Trastevere ; néanmoins, de nombreux ponts à arches en pierre relient les deux rives depuis plusieurs siècles.

La tranquillité à perte de vue : les pistes cyclables le long du Tibre

Jusqu'à la fin du XIX e siècle, le Tibre sortait régulièrement de son lit, inondant une grande partie de Rome. À la suite de l'aménagement de hautes berges en marbre pour retenir l'eau, des rives supérieures et inférieures furent créées. À six mètres sous la pagaille de la ville, ces dernières représentent pour de nombreux Romains le chemin idéal pour faire du jogging ou du vélo après le travail.

Église et État en un seul lieu : panorama de Rome

Rome a peut-être été construite sur sept collines, mais les alentours de la vieille ville regorgent de points de vue bien plus somptueux. De cet endroit, vous pouvez apercevoir la Basilique Saint-Pierre et le monument Vittoriano, en l'honneur du roi Victor-Emmanuel II, dominer le paysage romain : les puissances spirituelle et séculaire joliment capturées dans une seule image.

La coupole féérique : la Basilique Saint-Pierre à l'aube

Cela vaut parfois la peine de se lever tôt. Où que vous soyez à Rome, vous apercevez la coupole de la Basilique Saint-Pierre, mais aux premières lueurs de l’aube, elle se pare d'une teintes oniriques et féériques. À ne manquer sous aucun prétexte !

Méprisé et apprécié : le Vittoriano

Lorsque le monument à l'honneur du premier roi de l'Italie unifiée fut dévoilé, les Romains l'ont méprisé. « Le gâteau de mariage » ou « la machine à écrire » ne sont que quelques exemples des surnoms donnés à cette bâtisse titanesque. Entre-temps, tout le monde semble s'y être accommodé et au soleil levant, le Vittoriano est même particulièrement beau !

Bientôt un week-end prolongé à Rome ? Dans le nouvel A.S.Magazine, vous trouverez tout ce qu'il faut savoir avant de visiter la capitale italienne. Disponible à partir du 3ieme novembre à la caisse de votre magasin A.S.Adventure !

 

Paris, Madrid, Chicago ou Tokyo … Vous venez de vivre le city-trip de votre vie ? Partagez vos plus belles photos sur notre page Facebook ou sur Twitter avec le hashtag #as_adventure, afin que nous puissions aussi en profiter !