basket.timer.attention

basket.timer.time.is.running.out

Test : e-biking en Autriche

L’e-biking, réservé aux retraités ? Pas du tout ! Les jeunes cyclistes peuvent également profiter des avantages d’un vélo équipé d’un petit moteur. À la demande d’A.S.Magazine, Bart Leijnen et Ruth Devos sont partis au Tyrol pour y tester l’e-biking à VTT.

 

Prise de contact

Pour vivre mieux, gardons l’esprit ouvert ! Alors, au diable les préjugés, et en route pour Innsbruck. À peine arrivée, je reste ébahie lorsque la dame du magasin de location de vélos à Langenfeld nous présente un VTT hybride. Et pas n’importe quel engin : freins à disques, amortisseurs, dérailleurs Shimano XT. Et, bien dissimulée dans le design, la batterie électrique.

Poussées vers les sommets

Depuis Langenfeld, nous prenons la direction de l’Ambergerhütte, 20 kilomètres plus loin et surtout 1.000 mètres plus haut. Au lieu de m’attaquer à la montagne à une allure d’escargot et pour malgré tout finir à bout de souffle, je grimpe prestement le col en profitant du magnifique panorama. Merci au moteur ! Pour me pousser au sommet, la batterie doit dépenser moins d’énergie qu’avec Bart, qui fait le double de mon poids. Et, pour la première fois de ma vie, je le dépasse. Un vrai bonheur !

Parcours dans la gadoue

Mais les choses se compliquent vite. Au fil de notre ascension, les routes asphaltées cèdent la place aux chemins de terre détrempés. Le choix du mode d’assistance adéquat s’avère donc crucial. Une assistance trop forte pour en découdre avec les montées les plus raides, et votre roue avant décolle. À l’inverse, avec une assistance insuffisante, le poids du vélo vous empêche d’avancer. Dans les deux cas : vous finissez par terre ! Ensuite, à vous de choisir : pousser une bécane de 25 kilos dans la boue ou retenter votre chance en sélectionnant un autre mode d’assistance. Heureusement, nos efforts sont récompensés par de magnifiques vues sur les massifs rocheux sauvages et le regard curieux des vaches dans les vallées.

Grincements de dents

Il nous faut cependant redoubler d’efforts pour atteindre l’Ambergerhütte. Plus nous montons et plus la pente est raide. En plus, il fait maintenant brumeux et un peu plus froid. Nous nous retrouvons totalement exposés aux éléments : vent de face et petite pluie maussade. Je jurerais que mon vélo pèse 100 kilos, et cela fait des heures que je roule en mode économique pour ne pas courir le risque de me retrouver sans assistance. Soudain, l’Ambergerhütte fait irruption. Alléluia ! Il me reste encore deux barrettes sur l’indicateur de la batterie !

Envie de tester l'e-biking ?

En Belgique vous pouvez aussi rouler en vélo électrique à différents endroits. N’hésitez pas à louer un e-bike dans les cantons de l’Est ou dans la région d’Antwerpse Kempen.