basket.timer.attention

basket.timer.time.is.running.out

Connaître ses classiques : les 7 oiseaux les plus vus dans nos forêts

À en croire les statistiques, c'est en septembre que nous nous baladons le plus en forêt. Chouette ! Mais au fait... Qu'en est-il de vos connaissances de la faune locale ? Voici quelques indices pour reconnaître les sept oiseaux les plus rencontrés dans nos forêts.

Le pic épeiche    
  

© Sarah Devos

Le pic épeiche est reconnaissable entre tous, avec son martèlement qui résonne dans toute la forêt. L'oiseau perce des trous dans les troncs avant d'attraper les insectes avec sa langue effilée, enroulée comme un tuyau d'arrosage dans sa tête. Saviez-vous aussi que la forme du crâne du pic épeiche a inspiré la fabrication du classique casque de moto ? Avec son airbag intégré, le pic épeiche sait en effet mieux que tout autre comment encaisser les chocs.

La mésange huppée

La mésange huppée est sans nul doute la plus stylée des mésanges. L'oiseau est facilement identifiable avec sa huppe tellement funky au plumage blanc et noir, qu'il redresse encore plus lorsqu'il est agité. Tout comme la mésange noire, la mésange huppée apprécie les bois de conifères. Son chant est plus strident et ronronnant. L'oiseau a aussi longuement posé sur les anciens timbres à un franc. Les moins jeunes parmi nous s'en souviennent peut-être. 

© Sarah Devos

Le geai des chênes

© Sarah Devos

Le geai des chênes est le vigile du bois. S'il repère un prédateur, il envoie un signal d'alarme strident pour que les autres animaux se mettent à l'abri
. Il émet alors un cri rauque et bref. Le geai est facilement reconnaissable à son magnifique plumage, aux rayures bleues et noires sur les ailes. L'oiseau est aussi coloré que gourmand : il peut transporter jusqu'à dix glands dans son bec, qu'il stocke pour l'hiver… et oublie parfois, assurant au chêne sa descendance. 

Le grimpereau des bois et la sittelle torchepot

Le grimpereau des bois n'est pas un oiseau très connu. D'apparence tristounette avec son plumage brun et blanc, il sera facilement confondu avec un rongeur par l'observateur peu attentif. Le grimpereau escalade les troncs d'arbres par petits bonds et en spirale, tout en attrapant les insectes avec son bec. Son chant ténu, en « tih-tih-tih », est peu audible. Bref, ouvrez grand les yeux et les oreilles.

La sittelle torchepot est le fringuant petit frère du grimpereau. Avec son plumage plus flamboyant alliant le bleu-gris sur le dos et le roux sur le ventre, l'oiseau est d'une agilité spectaculaire et est ainsi le seul, dans nos régions, à pouvoir grimper et descendre la tête la première le long des troncs. Il se fait surtout entendre au printemps, lâchant de courts sifflements enthousiastes. 

© Sarah Devos

La buse variable

© Sarah Devos

La buse est le rapace le plus observé en Belgique et aux Pays-Bas. Lorsqu'elle ne trône pas sur un poteau, elle tournoie dans le ciel en planant, à la recherche d'une proie. Elle se caractérise par son unique rayure foncée sous sa queue, surplombée de quelques rayures plus claires. Elle présente un collier distinctif à hauteur de la poitrine et émet un miaulement haut perché assez caractéristique.

Le faucon crécerelle    

Si les rapaces étaient des super-héros, le faucon crécerelle serait « UV Man ». Son super-pouvoir ? Détecter les traces d'urine de rongeurs grâce à ses yeux sensibles au spectre ultraviolet. Et lorsque vous l'observez « méditer dans les airs » au-dessus d'un champ ou depuis l'autoroute, ne vous y trompez pas : il plane, le corps immobile, la queue déployée, à la recherche de sa proie. Avant de fondre sur celle-ci. 

© Sarah Devos

La chouette hulotte    

© Sarah Devos

Entendre soudainement le « hou-hou » magique de la chouette dans les bois en pleine nuit peut vous plonger l'espace d'un instant dans un film d'horreur. Avec un peu de chance, vous en entendrez deux, car les couples de chouettes restent ensemble à vie. Peu intéressé(e) par une balade au clair de lune ? Libre à vous de chercher des pelotes de réjection pour découvrir le régime de cet omnivore. Avec sa grosse tête ronde et ses yeux de jais, la chouette hulotte est belle de jour comme de nuit.

>> Vous pouvez aussi observer de nombreux oiseaux dans votre jardin. Participez à l'action « Devine qui vient manger au jardin » de Natagora les 4 et 5 février prochains pour apprendre à les reconnaître tous !

 

Dans le dernier numéro d'A.S.Magazine, nous répertorions les forêts belges.

>> Envie d'en savoir plus sur le contenu de cette édition ? Rendez-vous ici.

Vous partez dans les bois à la découverte de notre faune ?

>> Partagez votre aventure avec nous sur Instagram ou Facebook avec le hashtag #asadventure ou ajoutez le tag @asadventure sur vos photos.