basket.timer.attention

basket.timer.time.is.running.out

10 conseils en or pour survivre

Vous êtes en forme et vous avez une fonction GPS sur votre smartphone. Mais ça ne veut pas dire que rien ne peut vous arriver lors d'une randonnée de plusieurs jours. L'autonomie d'un smartphone est souvent plus courte qu'on ne le pense et même le meilleur entraînement n'exclut pas une blessure ou l'épuisement. Dans ce cas, ces techniques de survie sont particulièrement utiles pour se débrouiller en pleine nature.

Cherchez un bon lieu de campement

Haut et sec. Voilà les 2 mots clés pour choisir un bon lieu de campement. Ajoutons la proximité d'un cours d'eau, de bois sec et éventuellement d'une paroi rocheuse pour se protéger du vent et de la pluie, et vous êtes en sécurité.

Conseil: Ne partez jamais seul et informez toujours vos proches de votre itinéraire précis.

Construisez l'abri idéal

Pour ceux qui partent en trekking sans tente, mieux vaut savoir comment construire un abri, juste avec des branches, des pierres et d'autres matériaux naturels. Idéalement, cherchez un arbre coupé contre lequel empiler des branches (le plus serrées possible). Quand c'est fait, bouchez les fentes inévitables entre les branches avec de la mousse, de l'herbe et des brindilles. Pour dormir, ne vous couchez pas sur le sol froid, mais fabriquez un matelas avec de l'herbe, des feuilles et de la mousse. Veillez à ce que votre matelas ait quelques centimètres d'épaisseur. C'est la seule manière d'éviter que toute votre chaleur corporelle ne soit absorbée directement par le sol froid.

Faites du feu avec une pile

Ramassez du petit bois en suffisance et provoquez un court-circuit dans lapile en raccordant le pôle négatif avec le pôle positif avec du papier d'aluminium (un papier de chewing-gum suffit parfois). Généralement, le petit bois bien sec prend avec quelques étincelles.

Construisez votre feu correctement

Obtenir une flamme est une chose, mais construire un feu correctement est la partie la plus difficile. Une fois que le petit bois brûle – de l'ouate imbibée de baume pour les lèvres ou de vaseline estextrêmement inflammable et donc idéale pour allumer un feu – construisez une sorte de brise-vent autour du feu avec des branches plus grandes. Attendez que le feu soit bien parti pour ajouter de grandes bûches.

Trouvez (ou produisez) de l'eau potable

Il est très peu probable de trouver de l'eau parfaitement potable en pleine nature. En cas de doute, le mieux consiste à faire bouillir l'eau que vous avez trouvée. Si c'est l'option la plus sûre, on n'a malheureusement pas toujours de réchaud à gaz. Heureusement, la neige, l'eau de pluie et la rosée constituent 3 sources d'eau parfaitement fiables. Il suffit de quelques bandanas pour absorber pas mal de rosée. Ensuite, il ne reste qu'à les tordre pour récupérer l'eau.

Conseil: On peut aussi recueillir de l'eau des chardons, cactus et vignes. Si vous trouvez un érable, faites un trou dans l'écorce avec un canif pour faire couler le sirop de l'arbre.

Récupérez de l'eau des plantes

Si les hommes transpirent, les plantes aussi. Pour en tirer profit, entourez une branche avec beaucoup de feuilles d'un sac en plastique. Après quelques heures de patience, votre sac sera plein detranspiration (parfaitement potable).

Apprenez à reconnaître les plantes comestibles

Parfois, distinguer les plantes mortelles des plantes comestibles est littéralement une question de vie ou de mort. En général, il vaut mieux essayer de survivre en mangeant de nombreuses petites plantes que tenter d'abattre un grand arbre fruitier. Vous risqueriez de gaspiller trop d'énergie. Mieux vaut donc suivre l'adage « les petits ruisseaux font les grandes rivières ». Massette, épinards sauvages et pissenlits feront l'affaire.

Conseil: En général, un livre sur les plantes comestibles et une bonne mémoire suffisent largement pour savoir ce qu'on peut manger ou non. Mais n'oubliez pas cette règle : en cas de doute, abstenez-vous.

Orientez-vous sans appareil

Si votre GPS rend l'âme, si vous n'avez pas de chargeur portable pour recharger vos gadgets de navigation et si vous avez laissé votre boussole et votre carte topographique chez vous, vous pouvez toujours utiliser le ciel et l'horizon pour vous orienterLa journée, vous pouvez vous orienter avec la position du soleil – rappelez-vous, il se lève à l'est et se couche à l'ouest – et la nuit, orientez-vous avec l'étoile polaire. Elle se trouve parfaitement au nord à moins de 1 degré près et ne bouge presque pas, de sorte qu'on la retrouve toujours au même endroit. Elle fait partie de la constellation de la Petite Ourse et constitue la cible idéale quand on veut aller vers le nord.

Apprenez à faire des nœuds

Plus vous connaissez de nœuds différents, mieux c'est. Mais si vous ne voulez en apprendre qu'un, apprenez le nœud de chaise (double). Il est aussi simple qu'efficace pour fermer votre abri, faire descendre du matériel le long d'une paroi montagneuse ou comme système d'assurage.

Conseil: Le truc pour réaliser le nœud de chaise est celui-ci : le lapin sort de son terrier, tourne autour de l'arbre et revient dans son terrier.

Apprenez à reconnaître et à envoyer des signaux de détresse

Si vous êtes vraiment perdu ou si vous êtes blessé et si vous ne pouvez plus avancer, il ne vous reste qu'àenvoyer un signal de détresse.
Si vous n'avez pas de lampe de poche, il existe 2 moyens naturels : faire le plus grand feu possible à l'endroit le plus ouvert et essayer d'obtenir le panache le plus épais. À cette fin, quand le feu est bien lancé, jetez des branches avec le plus de feuilles possible.
Un signal avec un miroir constitue la 2e option. Même la nuit, le reflet de la lumière sur un miroir peut être remarqué à des kilomètres.

Conseil: La lune peut aussi servir de source de lumière pour un signal avec un miroir.