basket.timer.attention

basket.timer.time.is.running.out

Visible en selle : éclairage et réflexion

Même si vous êtes à l'aise sur votre vélo, un cycliste est et reste un usager faible de la route. Partez donc du principe que pour la majorité des automobilistes, vous êtes une tâche grise dans leur angle de vision. Vous voulez éviter de passer inaperçu(e) dans le trafic ? Assurez-vous de bien voir et d'être suffisamment visible !

La pile fait le phare

Où préférez-vous faire du vélo et de quel éclairage supplémentaire allez-vous avoir besoin ? Nous distinguons trois types de phares sur la base de leur batterie :

  • Batteries normales qui peuvent être remplacées : ces ampoules utilisent peu d'énergie et fonctionnent longtemps. Elles vous rendent suffisamment visibles pour les autres usagers de la route, mais restent trop faibles pour éclairer la route. L’idéal pour pédaler en ville ou le long de routes bien éclairées.

Conseil : Mettez votre phare sur mode clignotant : tout aussi visible, mais 50 % plus économique.

  • Batteries rechargeables via USB : ces modèles présentent une plus grande puissance lumineuse, afin que vous puissiez mieux distinguer les trous et bosses se présentant sur votre chemin. Pratique pour ceux qui préfèrent les petits chemins de campagne ou les sentiers boisés plus sombres. Ils sont souvent faciles à fixer à votre guidon ou votre casque.

Conseil : Pour un long trajet, sans possibilité de recharge, il est absolument nécessaire de prévoir un phare de réserve dans votre sac à dos !

  • Batteries séparées : grâce à la puissance d'une batterie externe, que vous pouvez monter facilement sur le cadre, votre phare reçoit suffisamment d'énergie pour vous permettre de pédaler jusque tard dans la nuit. De vrais phares dans la nuit noire donc, qui sont prévus pour un usage intensif par les VVTistes ou pour de plus longues distances.

Conseil: Ne craignez ni les rudes conditions climatiques ni les terrains très accidentés. Grâce à leur conception robuste, ces phares sont quasi incassables. La majorité des phares pour vélo sont actuellement équipés d'ampoules LED, qui possèdent une très longue durée de vie et ne doivent être remplacées que rarement. 

Éclairez votre chemin

La puissance du faisceau lumineux est exprimée en lumens : plus ce chiffre est élevé, plus votre phare produit de lumière. Vous souhaitez faire du vélo sur un vélo de ville ou de course sur une route mal ou non éclairée, un minimum de 300 à 600 lumens est alors nécessaire. Pour les vététistes et les cyclistes qui ne veulent rien laisser au hasard, des lumières de 1.200 lumens sont recommandées.

Élargissez votre champ de vision

Si vous voulez pouvoir repérer à temps tous les obstacles éventuels hors route, un large faisceau lumineux tombera à point nommé. Vous pouvez également fixer un phare sur votre casque de sorte que la voie que vous suivez soit toujours éclairée. Attention : dans la circulation, ce type de phare sur votre tête n'est pas toujours bien visible, prévoyez donc toujours un phare supplémentaire sur votre guidon si vous vous déplacez parmi d'autres usagers de la route.

Fluo is the new black

Less is more ? Pour une fois, vous pouvez ne pas tenir compte de cet adage : plus vous portez de matériel réflecteur, mieux c'est ! N'hésitez donc pas, portez des vestes fluo aux accents fluorescents, des housses de casque ou de sac à dos fluo et des bandeaux réfléchissants aux genoux ou aux chevilles – le mouvement de rotation les rend particulièrement visibles. Attention : une veste fluo sans parties réfléchissantes est presque totalement inutile dans l'obscurité.