5x loin de l'agitation

Depuis plus de dix ans, Debbie Pappyn et David De Vleeschauwer parcourent inlassablement le monde pour leur job. Leurs récits de voyage sont publiés dans des journaux et magazines belges et internationaux et leur premier livre, Remote Places, présente les hôtels les plus beaux et les plus isolés du monde. Un deuxième livre est en préparation : Remote Experiences, consacré aux expériences les plus spectaculaires dans les lieux les plus reculés. Voyager peut avoir du sens, le duo ne le sait que trop bien. En tant que voyageur, quoi de mieux que créer une valeur ajoutée locale par le biais du tourisme ? Debbie et David nous présentent leurs derniers voyages les plus lointains et les plus significatifs.

Mustang inconnu

Que diriez-vous d'une partie tranquille et quelque peu secrète de l'Himalaya népalais appelée Mustang ou Royaume de Lo ? Vous n’y croiserez pratiquement aucun touriste. Voyager dans cette région du monde ne laisse pratiquement aucune empreinte écologique et soutient l'économie locale – du sherpa et chauffeur à la maison de thé où manger et passer la nuit. Jusqu'en 2011, il n'y avait pas encore de route traversant le Mustang pour rejoindre la capitale Lo Manthang.

 

La seule façon de voyager dans la région était à pied ou à cheval. Depuis 5 ans, une route relie le petit village de Kagbeni, la porte d'entrée de l'ancien royaume, à la capitale compacte où vivait autrefois le roi. Il s’agit d’une destination idéale pour se sentir coupé du monde et où le GSM n’est d’aucune utilité : il n’y a pas de réseau, pas de wifi, et bien souvent pas d'électricité. On n’y trouve pas encore d'hôtels chics, mais on loge dans de simples maisons de thé, parfaites pour savourer des plats d’inspiration tibétaine accompagnés d’une bière de Lhassa autour de la chaleur du poêle, le soir venu.

 

Le Mustang est encore une destination pionnière, vierge et intacte, et toujours 100 % bouddhiste. Allez-y maintenant, avant que la Chine voisine ne s’en empare pour son potentiel de minéraux et de rivières rapides, comme elle l’a fait avec le Tibet, et que ce dernier morceau de paradis ne soit connecté au monde moderne. Nous avons voyagé à travers le Mustang avec notre propre guide et chauffeur via l’agence de voyages néerlandophone MyHimalaya

Grèce en basse saison

Tout le monde va en Grèce pendant les mois d'été, mais hors saison, les îles sont souvent désertes et paisibles. Il est donc judicieux de se rendre en Grèce avant et après les mois d’affluence. Le plaisir est double, car on découvre alors la véritable Grèce et les Grecs sont encore plus accueillants. De nombreuses destinations grecques dépendent des vols charters, qui commencent parfois tard dans la saison.

 

L’astuce consiste à venir plus tôt : on bénéficie de meilleurs prix, de plages désertes et d’une ambiance insulaire détendue. Avril est un mois magnifique : tous les champs sont en fleurs, la Pâque grecque orthodoxe est célébrée avec exubérance (vous serez très certainement invité à vous attabler quelque part) et vous soutenez l'économie locale confrontée à une haute saison beaucoup trop courte. Essayez par exemple de prendre un vol Aegean Airlines de Bruxelles à Kos, puis un bateau rapide pour rejoindre les plus petites îles, comme Kalymnos ou Lipsi.

 

Alors que pas un seul vol charter ne vole depuis la Belgique vers la Grèce en avril, un vol Transavia abordable relie déjà Amsterdam à Kos. Chercher des vols de manière créative permet d’arriver facilement en Grèce avant que les autocars ne déversent leurs hordes de touristes. Croyez-nous sur parole, une petite île grecque en basse saison est parfaite pour l’épicurien qui apprécie les voyages à valeur ajoutée ! 

La renaissance du Zimbabwe

Une autre astuce consiste à partir dans des pays qui se sont illustrés de manière négative ces dernières années, mais où voyager ne pose strictement aucun problème. Comme au Zimbabwe.

 

Pendant des années, ce spectaculaire pays africain a injustement souffert sur le plan politique et le tourisme y était inexistant. Pourtant, chaque Zimbabwéen vous dira que l’absence de touristes a pour seul effet de priver la population locale de travail et d'avenir. En effet, chaque Zimbabwéen actif dans le tourisme (et ils sont nombreux) entretient huit compatriotes. Heureusement, le vent a tourné pour le Zimbabwe et le pays est de retour sur toutes les hot lists des amoureux de l'Afrique désireux d’ajouter de la valeur à leur budget de voyage. Pas de tourisme de masse, sécurité, une population sincèrement amicale et chaleureuse, richesse culturelle, histoire et, bien sûr, la nature, avec le lac Kariba aussi long que les Pays-Bas, le puissant fleuve Zambèze et les chutes Victoria.

 

Depuis des décennies, le Zimbabwe sait ce que signifient tourisme et hospitalité. Ajoutez à cela les guides nature les mieux formés et les plus expérimentés d'Afrique, et vous avez une destination de rêve pour tous les voyageurs en quête de valeur ajoutée. Optez pour une agence de voyages comme Thika Travel, qui connaît le Zimbabwe comme sa poche. 

Le Groenland, la belle inconnue

Quand on vit de manière aussi isolée, à l’écart du reste du monde, voir ce monde lointain venir à soi est le plus beau des cadeaux. C’est généralement ce que disent les habitants des petits villages groenlandais ultra reculés, souvent disséminés le long de l’interminable côte gelée de cette île fascinante.

 

Lorsque vous voyagez au Groenland, que ce soit en bateau d’expédition ou sur la terre ferme, chaque couronne groenlandaise dépensée sur place contribue à l'économie locale, qui a cruellement besoin du tourisme. Si votre bateau accoste à un village, achetez un petit souvenir local, souvent fabriqué à la main, ou allez boire un verre dans un café local. Et pour partir en aventure hivernale, optez donc pour le Groenland plutôt que pour la Laponie ou l'Islande ultra touristiques (le Groenland est à 2 heures de l'Islande).

 

Vous pouvez également y faire des courses de motoneige, admirer les aurores boréales, partir en traîneau à chiens et entrer en contact avec la population inuite locale. L’agence flamande Nordic reizen connaît bien le Groenland et organise diverses expéditions et aventures hivernales.

Repousser ses limites en Iran

Repoussez vos propres limites en voyageant dans des pays moins connus et mal-aimés. Comme l'Iran, qui est souvent présenté de manière négative par les médias, mais constitue une superbe destination pour les voyageurs désirant jeter un pont significatif entre deux mondes très différents. Les Iraniens accueillent les voyageurs à bras ouverts et leur hospitalité est sans limites.

 

En plus de légendaires sites historiques, de villes fascinantes et de joyaux architecturaux, voyager en Iran offre surtout une valeur ajoutée parce que la majorité de la population est ravie de voir des étrangers désireux de découvrir leur pays. ‘Welcome to Iran !’ : il serait étonnant que vous ne l'entendiez pas au moins 10 fois par jour. Que ce soit dans la rue, sur un banc dans le parc de Shiraz ou dans un fast-food à Ispahan, chaque conversation vous en apprendra davantage sur les Perses et leur vision du monde souvent occidentale et rafraîchissante.

 

Ce qui génère des interactions, un plus grand respect et une meilleure compréhension, impossibles sans ce type de tourisme. Nous avons voyagé en Iran avec Asteria Expeditions, qui organise des voyages de groupe et individuels.

Vous désirez en savoir plus sur Debbie Pappyn ?

Vous désirez en savoir plus sur la tendance du 'purpose travel’ ? Cliquez ici .