Sept jours sans lavage : icebreaker vous met au défi

Marcher, rouler à vélo et transpirer dans le même t-shirt pendant une semaine sans dégager d’odeur désagréable : selon la marque outdoor icebreaker, c’est tout à fait possible. Leurs t-shirts en laine de mérinos et Tencel passeront-ils le test ultime avec succès ? Nos A.S.Ambassadeurs ont relevé le défi, avec, il est vrai, un peu d’hésitation. Snif, snif... vous sentez quelque chose ?

7 jours, 1 t-shirt, 0 lavage

La laine de mérinos est peut-être antibactérienne et respirante par nature, mais il y a tout de même des limites à la durée pendant laquelle vous osez apparaître en public vêtu de la même tenue. Ou pas ? Il n’y a qu’une seule façon de le savoir : avec le 7 Days Challenge, icebreaker incite ses fans à porter le même t-shirt pendant toute une semaine. Les règles sont simples : le lavage n’est pas autorisé, mais il est permis d’aérer.    

« Tees for Good » : pourquoi il est mieux de laver moins

Vous souhaitez évidemment entamer vos journées dans des vêtements propres et frais. Mais que dit votre conscience quand, après chaque lavage, jusqu’à 700 000 microfibres de plastique provenant de vos vêtements synthétiques finissent dans l’océan ? Afin d’endiguer ce problème, icebreaker utilise des fibres 100 % naturelles de laine de mérinos et de Tencel, que vous devez laver moins souvent en raison de leurs propriétés antibactériennes. Cette tendance « Move To Natural » fait partie de la mission d’icebreaker et vise à mettre en évidence notre dépendance à l’égard des vêtements synthétiques. Grâce à elle, vous consommez moins d’eau et vous aidez à lutter contre la « soupe de plastique ». Tout le monde y gagne !

Découvrez-en davantage sur la campagne #teesforgood d’icebreaker.    

Rencontrez nos cobayes

Ces cinq A.S.Ambassadeurs actifs ont temporairement prêté leur corps à la science pour participer au 7 Days Challenge :

« Jamais je ne porterais un t-shirt plus d’un jour et certainement pas lors des randonnées dans les Dolomites que j’ai prévues au programme. »    

« Un t-shirt compact, léger, qui sèche rapidement et qu’on n’a presque pas besoin de laver ? Pour nos longs voyages à vélo, ça pourrait être un cadeau du ciel... »   

« Je suis particulièrement intéressé par le confort lors de longs voyages avec un sac à dos lourd. Une semaine d’utilisation intensive, ça doit quand même laisser une odeur ? »    

« Un t-shirt dans lequel on ne transpire pas pendant toute une semaine d’activité... si ça pouvait être vrai ! Je suis curieuse de voir quelles seront les nuisances olfactives durant ce défi ! »    

« Sept jours de marche, sans aucune odeur ? Qui sait... Je passe souvent plusieurs heures par jour avec un sac à dos sur la route, j’espère donc que la coupe sera confortable et le confort de port élevé. »    

Leurs t-shirts pour toute la semaine : l’icebreaker Tech Lite SS Crewe et le Sphere SS Low Crewe

Les t-shirts avec lesquels nos cobayes parcourent le monde sont le Tech Lite Short Sleeve Crewe (pour homme) et le Sphere Short Sleeve Low Crewe (pour femme) d’icebreaker, qui peuvent être portés toute l’année. Selon icebreaker, les plus importants atouts de ces t-shirts sont une coupe confortable, des coutures décalées aux épaules (plus confortables lorsque vous portez un sac à dos) et un tissu Cool-Lite spécial.

 

Le tissu associe la laine de mérinos et le Tencel naturel pour plus de durabilité et une sensation de confort. Le tissu Cool-Lite est en effet agréable à porter : il vous procure une sensation de fraîcheur pendant plus longtemps et est également naturellement résistant aux odeurs en plus de sécher rapidement. C’est le candidat idéal pour ce test.

Leur expérience, jour après jour

JOUR 1 : Une bonne première impression
Ready, set… go! Les t-shirts (jusqu’ici) inodores sont enfilés, la structure douce et la coupe confortable sont appréciées. Pendant qu’Angélique, Linda et Tom se mettent en route pour une journée tranquille, Jelle se rend à la salle d’escalade pour une séance intensive et Valérie opte pour un tour de course à pied. Le verdict : « Respire bien, mais un peu moite ». Curieux de voir s’il ne restera pas une petite odeur demain matin...    

JOUR 2 : Ça continue à respirer
Laisse-moi un peu sentir... non, pas d’odeur de transpiration en vue ! Passons au prochain défi. Pas une goutte de transpiration pour Valérie sous son épais manteau et son gros pull lors de sa promenade dans la réserve naturelle Gentbrugse Meersen. Jelle, Angelique et Tom testent la respirabilité de leurs t-shirts en faisant respectivement un jogging, une marche en montagne et en surfant sur un longboard : « Il suffit de laisser un peu sécher et c’est reparti pour un tour ! » Et Linda ? Malade, elle transpire à grosses gouttes sur son canapé, mais son t-shirt, lui, contrôle parfaitement la fièvre.    

JOUR 3 : Bien emmitouflé
Jusqu’ici, tout va bien… Tous les t-shirts passent le test de l’odeur sans aucun problème. Linda et Tom sont impressionnés par la capacité de thermorégulation de leur icebreaker. « Lors de ma journée à la mer, il y avait alternativement du soleil et des nuages avec une brise assez fraîche. Je n'en ai pas du tout ressenti les effets ! », s’enthousiasme Tom. Lors d’une promenade nocturne un peu fraîche, Jelle remarque lui aussi que son t-shirt lui permet de profiter de quelques degrés supplémentaires. Le soir, il le fait pendre sur le bord d’une chaise pour l’aérer.    

JOUR 4 : Seconde peau
N’importe quel autre vêtement sentirait mauvais depuis des heures après quatre jours, mais les icebreaker résistent courageusement. « Le tissu est tellement léger qu’on oublierait presque qu’on porte un t-shirt », constate Valérie. Aujourd’hui, au cours de sa promenade sur la plage, Tom a dû affronter une pluie battante. « Tous mes vêtements étaient trempés, bien sûr. Seul mon t-shirt était à nouveau sec quand je suis rentré chez moi. Testé et approuvé ! »    

JOUR 5 : Deuxième avis
Aujourd’hui, il y a de longues promenades au programme. Malgré son sac à dos, Tom ne transpire pas, Valérie, Linda et Angelique notent avec satisfaction qu’après leurs randonnées, les t-shirts sèchent très vite et peuvent être à nouveau portés rapidement. Et l’odeur ? C’est subjectif, bien sûr. C’est pour ça que Jelle a collé son t-shirt sous le nez d’un collègue aujourd’hui. Le résultat ? « Positif : pas d’odeurs et nous sommes toujours amis ». 

JOUR 6 : À fond les manettes
Tandis qu’Angélique et Valérie s’adonnent à des activités plus calmes, les autres membres de l’équipe mettent toute la gomme. Linda pousse comme une forcenée sur les pédales et reste au sec pendant toute sa balade à vélo, malgré un chandail très épais. Quant à Jelle, il se rend dans les Hautes Fagnes avec sa femme et son bébé : « J’ai transpiré comme un bœuf avec ce porte-bébé sur le dos... Le tissu semble alors un peu lourd, mais il sèche en un tournemain ! » Tom pense mettre son icebreaker à l’épreuve avec une séance de squash intensive, mais pas du tout : « Super aéré, ne colle pas au corps, sèche en un rien de temps... et où restent donc les odeurs corporelles ? »    

JOUR 7 : Test d’odeur réussi
En cette dernière journée, la chaleur pousse Valérie à chercher de l’ombre dans le Parc National de la Haute Campine : « Ce t-shirt est une merveille. Il continue à tomber de manière tout à fait fluide et ne se plaque pas contre la peau. » Dans les Dolomites, le t-shirt d’Angélique a disparu sous un épais manteau, tandis que Jelle s’est mis en route avec un sac photo hyper lourd. « À un instant, vous êtes trempé de sueur et l’instant d’après, l’icebreaker semble sortir tout droit de votre garde-robe », s’émerveille-t-il. Linda regrette d’avoir roulé son t-shirt en boule hier soir : « Sinon, j’aurais certainement pu convaincre mon mari un peu plus longtemps ! » Tom, quant à lui, confirme que sa compagne veut rester en contact avec lui. Mission accomplie.

Conclusion ?

Angélique : « Un t-shirt idéal pour la marche : agréable et aéré, sans coutures gênantes, à la coupe confortable et un peu plus longue, ce qui est utile lorsque vous portez un sac à dos. Mais même au bureau, vous ne détonnerez pas lorsque vous le porterez sur des vêtements plus soignés. J’ai mis un peu de temps à m’habituer à l’idée de devoir porter le même t-shirt pendant une semaine entière, mais il me va tellement bien que désormais, je l’emporte toujours avec moi pour mes randonnées en voyage. Il sèche rapidement, prend très peu de place et sent à nouveau toujours bon le matin ! »

Linda : « D’habitude, je ne suis pas vraiment fan de vêtements outdoor, parce que je n’aime pas trop leur coupe et leur style, mais c’est complètement différent avec ce t-shirt. Je l’ai tout de suite adoré ! Même les jours ordinaires sans activités extérieures, je le sortirais de l’armoire sans réfléchir. Je n’aurais jamais pensé que je porterais un t-shirt pendant plus de deux ou trois jours sans le laver... Mais l’icebreaker tient sa promesse : je n’ai absolument rien à dire par rapport à l’odeur. »    

Jelle : « Doux et confortable à porter, que ce soit comme t-shirt ou comme sous-vêtement sous un pull ou une veste : avec un icebreaker, toutes les options sont possibles. En outre, le tissu s’adapte à la chaleur ou au froid et vous permet de rester toujours à la bonne température. Il mérite une palme pour son confort de port, mais surtout... après une semaine à transpirer dedans, il ne dégage absolument aucune odeur désagréable. Il suffit de le laisser sécher et de l’aérer sur le dossier d’une chaise et c’est tout ! Lors d’un effort soutenu, le tissu peut paraître un peu plus lourd. »    

Valerie : « Ce t-shirt icebreaker vaut-il son prix ? Sans aucun doute ! Son confort de port et sa résistance aux odeurs sont inégalables, surtout pour les randonnées et les activités modérément intensives. En faisant de la course à pied, on va bien sûr transpirer dans un t-shirt en laine comme celui-ci ; je le déconseillerais donc plutôt pour cette activité. Mais pour les voyageurs qui veulent partir en vacances avec très peu de bagages et qui n’ont pas envie de faire de nombreuses lessives en route, c’est un incontournable. N’hésitez pas à vous asseoir à côté d’un compagnon de voyage dans le train ou à l’auberge : avec ce t-shirt, votre odeur corporelle ne gênera personne. »    

Tom : « Ma conclusion ? Je suis époustouflé. Que vous soyez à l’intérieur toute la journée ou que vous soyez actif à l’extérieur, ce t-shirt s’adapte à toutes les situations. Et en ce qui concerne la résistance aux odeurs, ce n’est pas de la blague. Je pense que j’aurais pu le porter une semaine de plus sans aucune nuisance olfactive, mais ça n’aurait peut-être pas été très hygiénique... Le seul inconvénient est que vous portez littéralement le même vêtement pendant sept jours... Mieux vaut donc en acheter quelques-uns pour pouvoir en changer de temps en temps. Tenir un mois avec 4 t-shirts : il n’y a pas beaucoup de marques qui peuvent proposer cela ! »  

Les avantages de la laine de mérinos
L’expérience de nos ambassadeurs prouve amplement que les odeurs désagréables de transpiration n’ont aucune chance avec ce merveilleux tissu naturel. Mais ce n’est pas tout…

  • La laine de mérinos est également :
  • thermorégulatrice, été comme hiver
  • excellente en matière de gestion de l’humidité
  • très douce et ne gratte pas
  • ultrarésistante et extensible
  • naturellement résistante aux UV
  • naturellement dégradable
  • un produit durable

Découvrez-en davantage sur les avantages extraordinaires de la laine de mérinos.    


>> Souhaiteriez-vous en savoir plus sur les produits d’icebreaker, tels que les nouvelles midlayers ? Jetez un œil sur notre large assortiment.    


The Vortex Swim

Icebreaker est partenaire de The Vortex Swim, évènement lors duquel le nageur longue distance Ben Lecomte a parcouru 300 milles nautiques (555 kilomètres) d’Hawaï à San Francisco en 80 jours. Le but de cette entreprise ? Attirer l’attention sur la pollution plastique dans l’océan Pacifique. Ben et son équipe ont ramassé 3 700 débris de plastique flottant et 45 000 fragments de microplastiques pendant le voyage. Quels héros ! Vous trouverez plus d’informations à propos de The Vortex Swim sur icebreaker.com.