Devenons tous des scientifiques avec les sciences participatives

Devenir scientifique sans pour autant passer des années sur les bancs de l'école ? C'est possible grâce aux sciences participatives (citizen science en anglais), une tendance qui a le vent en poupe. Mais de quoi s'agit-il au juste ?

Les citoyens comme scientifiques

Les sciences participatives peuvent être définies comme des études scientifiques réalisées par un public non professionnel, sous la direction d'une équipe de scientifiques. En d'autres termes, chaque profane a l'opportunité de s'engager dans des projets scientifiques. Souvent, il vous suffit d'avoir une connexion Internet et un ordinateur ou smartphone pour vous mettre au travail.

Les avantages des sciences participatives

La principale raison d'impliquer Monsieur Tout-le-Monde dans la recherche scientifique est bien entendu l'échelle. Une équipe de chercheurs ne peut généralement effectuer une étude qu'à petite échelle. Mais si l'on ajoute de nombreux volontaires qui collectent également des données, l'étude prend une tout autre dimension. Cela permet d'obtenir davantage d'informations et des données plus précises.

 

Le mot « volontaires » revêt ici une grande importance.  Ne vous y méprenez pas, les sciences participatives ne vous rapporteront rien sur le plan financier, mais vous permettront de vivre de nouvelles expériences. Comme nous l'avons dit, les scientifiques collectent davantage de données grâce au travail des volontaires. Ces derniers contribuent donc à la science et peuvent – pour certains projets – orienter la politique menée par la suite. Pensons notamment aux citoyens qui mesurent la quantité de particules fines nocives dans leur rue.

Il y en a pour tous les goûts

Les sciences participatives s'intéressent à de nombreux sujets. En voici quelques exemples :

1. Compter les oiseaux

Vous avez un jardin et un quart d'heure devant vous ? Dans ce cas, vous pouvez devenir ornithologue pour Natagora. Mettez une chaise devant la fenêtre ou dans le jardin, faites un trait pour chaque oiseau que vous voyez et encodez ces données sur le site Internet. Facile ! Prochain rendez-vous : 25 et 26 janvier 2020.

Plus d'info : https://oiseaux.natagora.be/

 

2. Observer, c'est à la portée de tout le monde !

Créé par Aves et Natagora en partenariat avec Natuurpunt et des spécialistes néerlandais, cet outil permet de gérer en ligne les données naturalistes, et en particulier ornithologiques. Tous les bénévoles peuvent utiliser le site pour communiquer leurs observations. Le site propose aussi d’autres services : cartographies, statistiques d’observation...

Plus d'info : www.observations.be

 

3. Les sciences participatives en voyage

Emportez un filet à papillons, un pot à insectes et un carnet de notes : c’est parti pour une étude de terrain avec Taxon Expeditions ! Du Vondelpark à Amsterdam à la forêt tropicale de Bornéo, vous pourrez étudier en détail chaque petite bête inconnue que vous trouverez et lui donner un nom. Un exemple ? La Malaisie compte aujourd’hui un coléoptère du nom de Grouvellinus leonardodicaprioi.

Plus d'info : www.taxonexpeditions.com

>> Vous rêvez de réaliser une véritable expédition polaire ? C'est possible, en compagnie de l'explorateur polaire expérimenté Dixie Dansercoer !

>> Saviez-vous que... les membranes imperméables respirantes de nos vêtements outdoor regorgent de prouesses technologiques ? Laissez-vous surprendre par la science qui se cache derrière la célèbre membrane Gore-Tex.