Sur votre liste de choses à faire à partir du 21 mars : aider les animaux pour le printemps

L'hiver est terminé, les jours rallongent et la nature autour de nous commence à se réveiller. Vous aussi, vous pouvez aider les animaux à bien démarrer cette nouvelle saison. Comment ? Rien de plus simple, lisez ces conseils !

Place aux fleurs

Fleurissez votre jardin et faites en profiter tout le monde. Les fleurs indigènes égaieront votre cadre de vie et offriront du nectar aux papillons et abeilles. La bonne nouvelle ? Vous pouvez les semer ou les planter partout !

  • Les crocus ou jonquilles sont du plus bel effet dans votre gazon, ou vous pouvez opter pour les tulipes, le muguet ou les jacinthes à un endroit ensoleillé du jardin.
  • Vous voyez les choses en grand ? Entre mi-mars et fin mai, vous pouvez semer une véritable prairie fleurie sauvage après avoir mis le sol à nu. Conseil : il existe même des mélanges spéciaux pour les abeilles !
  • Si vous n'avez qu'une petite cour ou un balcon, les bacs à fleurs sont faits pour vous. Achetez de jeunes pousses à repiquer dans une jardinerie ou semez-les vous-même avec un sachet de graines ou un tapis de fleurs. Les petites bêtes vous remercieront !    

Restez bien assis(e) dans votre fauteuil

Un gazon millimétré, une haie taillée au cordeau, un jardin où chaque feuille morte finit directement au parc à conteneurs... Épargnez-vous ce dur labeur : les matières naturelles en décomposition sont une source de vie ! Les feuilles et les fruits tombés peuvent, tout comme le bois mort, être laissés sur place.

 

L'aménagement de votre jardin peut aussi faire une différence. Une pelouse un peu sauvage abrite beaucoup plus d'insectes qu'un gazon très court, tandis que les haies et buissons sont très appréciés par les oiseaux. Même les vieilles remises avec de nombreux interstices peuvent offrir un gîte aux oiseaux de votre jardin.

 

Vous pouvez aussi faire un coin sauvage dans votre jardin : ratissez tous les déchets verts sous les buissons ou les arbres. Les oiseaux et hérissons pourront y trouver de la nourriture. En hiver, cet endroit deviendra un gîte très apprécié.    

Ne barrez pas la route aux animaux

Les obstacles ? Nous pouvons les contourner ou les enjamber. Pour les animaux comme les hérissons, grenouilles ou crapauds, la tâche est toutefois plus compliquée. Si votre jardin est entouré d'un mur ou d'une palissade, vous y trouverez beaucoup moins de vie. Heureusement, il existe des solutions !

  • Optez pour une barrière naturelle, comme des arbustes caducs plantés en haie. Le hêtre, le troène ou l'aubépine constitue une barrière naturelle idéale. Vous pouvez les planter jusque fin mars.
  • Créez un « passage pour animaux » dans votre clôture : le principe est le même que pour une chatière dans une porte. Les hérissons des alentours ne manqueront pas de vous rendre visite si vous creusez un tunnel d'au moins 20 centimètres sur 20. Tassez bien la terre après avoir creusé, et le tour est joué !    

Jouez la navette pour les crapauds

© Chantal Deschepper

Les crapauds et autres amphibiens se réveillent de leur hibernation en février et prennent en masse la direction des ruisseaux, étangs et mares pour se reproduire. Une mission périlleuse, surtout lorsqu'il s'agit de traverser les axes routiers très fréquentés de notre pays.

En organisant chaque année des actions de sauvetage, Natagora et Natuurpunt contribuent à réduire le nombre de victimes de la route : grâce à des écrans spéciaux, les crapauds sont guidés vers des seaux, qui sont régulièrement vidés par les bénévoles de l'autre côté de la route. Les crapauds peuvent ensuite poursuivre leur parcours d'obstacles en toute tranquillité.

 

>> Vous voulez participer ou organiser une action ? C'est possible ! Vous trouverez toutes les informations sur cette page.

L'espoir, euh, l'eau fait vivre !

Du simple tonneau d'eau de pluie à la véritable mare de jardin : l'eau est une source de vie au jardin. Les animaux et les enfants y trouveront de quoi s'y rafraîchir. Vous pouvez aménager une mini-mare toute l'année, en seulement une ou deux heures. Dans une mare de jardin plus grande, vous pourrez placer des plantes aquatiques (indigènes). Les libellules et grenouilles seront très certainement au rendez-vous ! Vous n'avez pas beaucoup de place ou de temps ? Récupérez l'eau de pluie dans un tonneau pour pouvoir arroser vos plantes (et donner à boire aux oiseaux). 

Aménagez un écuroduc

Un écuroquoi ?! Un écuroduc est une sorte de pont entre les arbres qui permet aux écureuils de traverser une route fréquentée sans danger. Les pays comme la Belgique et les Pays-Bas ont un réseau routier très dense et très fréquenté. L'habitat de ces animaux est donc morcelé et ceux-ci sont contraints de traverser la route au péril de leur vie. L'écuroduc offre donc une solution à ce problème. Le principe est le même que pour un écoduc ou un tunnel pour animaux. Des différentes organisations proposent un manuel qui vous explique comment construire un écuroduc.    

Aidez les animaux blessés

Vous pensez qu'un animal est en difficulté et vous avez envie de l'aider ? C'est une intention très noble, mais réfléchissez deux fois avant d'agir. Un faon seul dans un champ n'est pas forcément égaré. Il attend très probablement le retour de sa mère. Ne touchez pas les jeunes animaux à mains nues, sauf si vous n'avez pas le choix. Car si la mère sent une odeur étrangère sur son/ses jeune(s), la probabilité d'un regroupement familial réussi baisse nettement.

Un animal est vraiment blessé et ne peut plus bouger ? Contactez alors un centre de revalidation pour les oiseaux et animaux sauvages. Vous pouvez transporter un oiseau dans une petite boîte en carton après y avoir fait quelques trous d'aération. Vous trouverez de plus amples informations sur le site Internet de la Ligue Royale Belge pour la Protection des Oiseaux ou de la LPO.

Aidez à répertorier les endroits problématiques

Les animaux qui traversent la route sont trop souvent victimes du trafic. Natagora attire l'attention sur ce thème avec le site Observations.be, un site Internet où vous pouvez signaler les animaux victimes de la route. Natagora souhaite ainsi répertorier les endroits problématiques afin de s'attaquer en premier lieu aux « points noirs » sur le réseau routier.    

Laisser la nature reprendre ses droits : il s'agit souvent de la meilleure façon de favoriser la vie sauvage.

>> Découvrez ici les avantages du rewilding.