basket.timer.attention

basket.timer.time.is.running.out

Les règles tacites du camping sauvage


Les règles tacites du camping sauvage

Vous partez faire du camping ou de la randonnée ? En réfléchissant un peu et en faisant preuve de bonne volonté, vous éviterez aisément les problèmes avec les « locaux », homme comme animal. Et, bien sûr, vous aurez à cœur aussi de respecter la flore et la législation du pays que vous visitez. Grâce à cet aperçu pratique, vous saurez toujours à quoi vous en tenir.

À faire et à éviter

  1. Demandez toujours l’accord du propriétaire (ou essayez à tout le moins) en entrant sur un terrain privé. Vous aurez plus de chances d’obtenir une réponse favorable et disposerez d’un argument de défense en cas de discussions ultérieures.

  2. Laissez votre lieu de campement aussi propre qu’à l’arrivée et emportez vos déchets.

  3. Faites le moins de bruit possible. Parlez à voix basse, mettez votre mobile en mode silencieux et éteignez la radio. Attendez qu’il fasse nuit avant de planter votre tente et remballez-la le plus tôt possible.

  4. Si vous allumez un feu, faites-le uniquement dans un endroit bien délimité et prévu à cet effet, et éteignez-le soigneusement avant de vous coucher. La solution de remplacement ? Utiliser un petit réchaud ou réchauffer l’atmosphère en se blottissant les uns contre les autres.

  5. Soulagez vos besoins dans un trou, que vous recouvrez ensuite consciencieusement de sable. N’oubliez pas d’apporter votre papier-toilette.

Où puis-je camper dans la nature ?

  • Belgique : interdit, sauf si vous obtenez l’autorisation du garde-forestier ou du propriétaire du terrain. Autre option, le « bivouac », une forme de camping plus ou moins sauvage à proximité d’une borne d’alimentation en eau.
  • Pays-Bas : interdit. Le « bivouac » constitue une solution de remplacement.
  • Finlande, Norvège et Suède : ici prévaut le droit de libre accès à la nature. Chacun peut pénétrer sur le terrain d’autrui pour profiter des richesses naturelles, à condition d’observer quelques points d’attention spécifiques.
  • Suisse : le camping sauvage est autorisé pour une nuit, sauf dans les réserves et les parcs naturels.
  • Écosse : autorisé pour une nuit.
  • Islande : le camping sauvage est autorisé dans les régions inhabitées.
  • Grande-Bretagne : le camping sauvage est officiellement interdit au pays de Galles et en Angleterre, à quelques exceptions près. En Écosse, tout le monde a accès à la majeure partie des espaces naturels et des voies d’eau intérieures.
  • France : officiellement interdit, mais le bivouac est autorisé dans la plupart des endroits.
  • Italie : interdit, sauf autorisation de la police locale. Dans le Parco naturale delle Alpi Marittime, le camping est autorisé de 19 h à 9 h. Le bivouac est systématiquement autorisé au delà de 2.000 m d’altitude.
  • Turquie : autorisé.
  • Allemagne : interdit sans autorisation. Inutile d’essayer pour les parcs nationaux, mais vous pouvez tenter d’obtenir une autorisation pour les autres régions.
  • Estonie : autorisé.
  • Grèce : officiellement interdit, mais le camping sauvage est toléré.
  • Lettonie : autorisé.
  • Espagne : autorisé en Catalogne. En Aragon, le camping sauvage est uniquement autorisé à proximité d’une source. Partout ailleurs, il convient de demander l’autorisation.
  • Croatie : interdit. Demander l’autorisation est la seule option viable.
  • Lettonie : autorisé.
  • Luxembourg : interdit.
  • Irlande : officiellement interdit, bien que souvent tacitement admis.

CONSEIL : La législation relative au camping sauvage peut varier selon les régions, et il arrive parfois qu’elle soit adaptée ou corrigée. N’hésitez donc pas à vous renseigner au préalable auprès de l’office du tourisme local ou du gardien du parc.